Entretien avec Serge Dossou-Yovo, Pdt CA/Fonds d’aide à la culture

« Des réformes sont en cours pour satisfaire tous les artistes demandeurs d’aide »

Depuis quelques mois, il y a de polémiques autour de la gestion du milliard culturel. Ce budget est géré par la Direction du Fonds d’aide à la culture (Dfac). Pour avoir plus d’informations sur la gestion de ce fonds, nous nous sommes rapprochés du président du Conseil d’Administration (CA) du Fonds d’aide à la culture (Fac), Serge Dossou-Yovo. Il nous a parlé amplement de l’institution et des reformes en cours pour satisfaire tous les artistes qui demandent d’aides.

Présentez-vous ?

Je suis Serge DOSSOU-YOVO. Je suis le Conseiller Technique Chargé du Suivi de l’Exécution des Programmes et Projets du Ministre de la Culture de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales. Je représente également le ministre à la Présidence du Conseil d’Administration (CA) du Fonds d’Aide à la Culture (Fac).

Comment fonctionne le Conseil d’Administration ?

Le Fonds d’Aide à la Culture (Fac) est administré par un Conseil d’Administration et est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toutes circonstances en son nom. Le Conseil d’Administration exerce ces prérogatives dans les limites de l’objet du Fonds. Le Conseil d’Administration est composé de représentants de tous les acteurs publics et privés directement concernés par la culture. Ils sont au nombre de quinze (15) : - Le Président qui est le Ministre en charge de la Culture ou son représentant ; - Le Ministre en charge des Finances ou son représentant ; - Le Conseiller Technique à la Culture du Président de la République ou son représentant ; - Le Directeur de la Promotion Artistique et Culturelle ; - Le Directeur du Patrimoine Culturel ; - Un Représentant des artistes plasticiens ; - Un Représentant des Associations des Professionnels du Livre ; - Un Représentant des Associations de la Musique Moderne ; - Un Représentant des Associations de la Musique Traditionnelle ; - Un Représentant des Associations de Théâtre et de Danse ; - Un Représentant des Professionnels du Cinéma et de l’Audio-visuel ; - Un Représentant des Associations de Valorisation du Patrimoine Culturel ; - Le Directeur du Bureau Béninois des Droits d’Auteurs ; - Un Représentant de l’Association Nationale des Communes du Bénin ; - Un Représentant des Opérateurs Economiques. Les membres du Conseil d’Administration ont un mandat de 4 ans renouvelable une fois. Le Conseil d’Administration a pour mission d’adopter, conformément aux orientations de la politique générale du Gouvernement dans le domaine de la culture, le plan d’action du Fonds d’Aide à la Culture et de veiller à sa mise en œuvre adéquate. Le Conseil d’Administration se réunit au minimum quatre fois par an. Comment financez-vous les projets à la Dfac ? Le Fonds d’Aide à la Culture (Fac) procède à l’appréciation de la demande d’aide et présente ses conclusions sur chacun des dossiers à travers une fiche de présentation établie pour chaque projet. Ces fiches sont transmises au Directeur du Fonds qui met son avis motivé ou non. Les fiches contenant l’avis du Directeur du Fonds sont transmises au Service Administratif. Les fiches sont organisées en dossier de séance à transmettre au comité des experts par le service administratif. Chaque expert étudiera chacun des dossiers sur la base d’une grille d’appréciation et fera des observations sur chaque projet. Après cela, les experts se réunissent pour harmoniser leur point de vue qui sera transmis à la division de l’Administration Générale pour la prochaine réunion du Conseil d’Administration. Ce dernier, décide des financements à accorder sur la base du rapport et des arbitrages éventuels. Le Conseil d’Administration se réunit au moins deux fois dans l’année en session exclusivement consacrée à l’examen des demandes de subventions. Pour des dossiers de montants inférieurs à 500 000 F Cfa, seule la décision de la DFAC suffit. Pour des dossiers de montant compris entre 500 000 et 20 000 000, l’avis du comité des experts et celui du Conseil d’Administration sont nécessaires. Les financements couvrent tous les secteurs de la Culture (arts plastiques, arts de la scène, patrimoine, etc.…) selon une grille établie par les statuts du Fonds

Avant votre arrivée, combien y avait-il dans la caisse et combien en reste-t-il à ce jour ?

Le Fonds est subventionné par l’Etat à hauteur de un milliard de FCFA chaque année depuis 2008. Le rapport de gestion présenté par la Directrice du Fonds d’Aide à la Culture et approuvé par le Conseil d’Administration décrit toutes les opérations financières liées au fonctionnement et à l’aide des artistes. Ce rapport est examiné par la cour des comptes. Pourquoi y a t-il de lenteur ou d’ignorance dans le traitement des dossiers ? Je ne parlerai pas de lenteur dans le traitement ou d’ignorance. Les dossiers de demande d’aides peuvent aboutir à un résultat positif ou négatif suivant une procédure administrative précise. Nous sommes passés de trois cent (300) dossiers par an à plus de (3000) dossiers en 2008. Le personnel n’a pas changé, ni varié en nombre. Ce qui explique les délais supplémentaires constatés. Des réformes sont en cours pour y remédier et satisfaire les usagers que sont les artistes.

Peut- on connaître les projets qui ont bénéficié du financement de la Dfac depuis que vous êtes président du Conseil d’administration ?

La liste exhaustive des dossiers subventionnés chaque année est disponible. Le Gouvernement ou l’Assemblée Nationale peut en faire une demande à tout moment. Le milliard culturel est-il suffisant ou non ? D’abord, je remercie le Chef de l’Etat et son gouvernement d’avoir porté le montant de la subvention de l’Etat à 1 milliard. Les besoins sont de plus en plus nombreux. Mais il faut compter avec les ressources du pays et veiller au bon usage de ce dont nous disposons.

Où en êtes-vous par rapport au programme de l’alphabétisation ?

C’est un secteur en pleine refondation et restructuration. Le Ministre de la Culture, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales depuis son arrivée s’atèle à apporter un souffle nouveau à ce secteur très délicat et important pour le développement. Les Partenaires Techniques et Financiers sont associés au nouveau processus et la mise en œuvre ne devrait pas tarder.

Les artistes ont réclamé il y a quelques jours leur perdiem avant de participer au Festival d’Alger. Ont-il été satisfaits ?

Bien entendu ! Le Ministre de la Culture reste sensible au développement de la culture béninoise surtout quand elle se déplace à l’extérieur. Pour cette raison, il a donné des instructions fermes pour que ces ambassadeurs bénéficient d’une subvention pour ce déplacement.

Combien prévoyez-vous dans le prochain budget ?

Si vous voulez parler du Fonds d’Aide à la Culture, ce sera vraisemblablement un milliard de FCFA pour 2010.

Posts les plus consultés de ce blog

Formation en design et haute couture sino-béninoise

Décès de l’artiste Love Affo

Distinction du disque d’or aux artistes