lundi 21 novembre 2016

Rebi@p 2016


Vingt films en compétition, quatorze pays  à l’honneur et sept prix en jeu !

Dans le cadre de la 5ème édition du festival international de cinéma dénommé Rencontres des belles images africaines à Parakou (Rebi@p) qui se déroulera du 15 au 24 décembre 2016 dans la 3ème commune à statut particulier du Bénin (Parakou), vingt films sont en compétitions, quatorze pays représentés et sept prix sont en jeu.

Environ, une centaine de films ont été inscrits pour les Rebi@p 2016. Au terme d’une présélection, Ils seront au total, vingt films dont des courts-métrage,  longs-métrage et des documentaires de réalisateurs Béninois qui sont retenus pour compétir au sept prix des Rencontres de belles images africaines à Parakou (Rebi@p) 2016.
Nous avons notamment « Helth war » de Kissmath Baguiri, « Enfant soleil » de Chewou Ishaq, « Lio » de Florida Zossoungbo, « Zem, un gagne pain » de Honvo Gildas, « Kindred souls » de Attila Teddy, « Esopupa » de Hounga Anges-Rock, « Mon tresor » de Fagbedji Samuel, « Kpangal, le mariage Peul » de Folikoue Pascal Foli, « Mon invité » de Amoussou Jean-Paul, « Ma belle-mère » de Agblo Boris, « Encore, un verre d’eau de Biaou François, « Les Infertiles » de Imorou Mohamed, « Péché mignon » de Adiho Renaud, « Mon Mari » de Ayité Jean-Paul, « le Silence » de Florida Megnissi, « Les Dévoreuses » de Azick Yanhoui, « Quand les fleurs se battent » de Ignace Yetchenou, « Lokotoro » de Félicien Assogba, « Djawamon » de Hospice Nougbognonhou, « Une belle leçon d’infidélité » de Minanon Ghislain Patrick.
Ces films compétissent pour les sept prix  suivants : Prix de la meilleure Réalisation ; Prix de la meilleure Image ; Prix du meilleur Son ; Prix du meilleur Montage ; Prix du meilleur Acteur ; Prix de la meilleure photo ; Prix du meilleur film du Public.
Quatorze pays sont représentés à travers vingt trois films sélectionnés, mais hors-compétition sur les prochaines Rebi@p.  Nous pouvons noter entre autres : « Moi, moche… et vivant » du Togolais, Kpatcha Justin, « Justice à la barre » de la Camerounaise, Mireille Kouyembouss, « Une peinture en plein mouvement » du Nigérien Assoumane Aboubacar, « En cours » du Tchadien Moussa Tidjani Ousmane, « Au cœur du palmier de l’Ivoirien Kouakou N’goran Fidèle, « Ramatou » du Sénégalais Mor-Talla N’dione, « Fièvres » du Marocain Hicham Ayouch, « Jimmy goes to Nollywood » du Nigérian Jean-Louis Jimmy, « La Sirène de Faso fani » du Burkinabé Michel Zongo, « Alda et Maria », de l’Angolais Pascoal Pocas, « La Lune est tombée » du Guinéen Fofana Gahité, « Fragments de vie : Odyaina » du Malgache Laza, « East wind rain » du Chinois Liu Youlong.

Report de rebi@p
Initialement prévues pour se dérouler du 21 au 26 novembre 2016, les Rencontres des belles images africaines à Parakou, (Rebi@p) ont été reportées du 15 au 24 Décembre 2016 pour des raisons budgétaires. Le délégué du Festival Eric Nougloï, a confié que jusque-là le budget n’est pas encore bouclé à cause de la crise socio-économique qui sévit actuellement dans le pays. Mais, fidèle à cette traditionnelle fête du cinéma dans la capitale septentrionale du Pays,  Eric Nougloï entend tenir le pari avec les mêmes enjeux et les sérieux partenaires de la région convaincus de l’idéal label Rebi@P

jeudi 13 octobre 2016

Entretien avec Eric Nougloï, Promoteur de Rebiap



« Nous articulons cette édition autour de  grandes activités notamment une formation, des distinctions, des hommages … »

En prélude à la prochaine édition du Festival, de la Rencontre des belles images africaines à Parakou (Rebi@p) qui se tiendra du 21 au 27 novembre 2016, nous nous sommes rapprochés du  promoteur Eric Nougloï. Il nous a parlé de la thématique de cette édition, des activités et bien d’autres actions qui vont contribuer à la réussite.


Eric Nougloï, Promoteur du Festival Rebi@p
Président, en attendant de nous parler des activités prévues à cette édition-ci, quel bilan faites-vous des quatre dernières ?

Nous notons des éditions qui ce sont succédées une amélioration progressive du point de vue organisationnelle, ce qui fait grandir le festival et le tend vers un professionnalisme. Aussi l’accompagnement de nos différents partenaires  au fil des ans montre clairement que l’évènement retient  l’attention.

Quelles sont les innovations de cette édition?

Elles se notent à travers un certain nombre d’activités  tel que 
1) La formation de 10 cinéastes à l’écriture de scénario de fiction et documentaire, entre dans le cadre de l’amélioration qualitative des produits cinématographiques du Bénin et de l’Afrique de l’ouest.
 C’est la première activité du REBIAP. Elle se concrétise par un atelier de formation de 50 heures, réparties en 6 jours.
Le tournage du scénario écrit à la formation un film de Format: HDV Durée d’un épisode : 52 minutes Ton : Le ton de la série est comique. Les personnages sont caricaturés à fond et nous donnent à voir le ridicule des situations qu’ils vivent en version originale : Français. Lieux de tournage : Bohicon Cotonou, et Parakou (en république du Bénin). Sous la houlette du Réalisateur béninois: Ignace YECHENOU
2) Un marché de 15 jours pour alimenter la vente des biens et services du cinéma et favoriser des projets communs
3) Un vernissage de deux mois sur les films antérieurement célébrés
Cinquante cinq jours pour célébrer en visuels, les films antérieurement accueillis sur les REBIAP et sur quelques photos qui valorisent la ville de Parakou.

Quel est le thème de Rebi@p 2016 ?

Nous l’avons intitulé « la politique cinématographique béninoise à la croisée des chemins ».
 Il s’agit de quatre (04) séances de causerie et de réflexion entre les différents intervenants du cinéma (les créateurs, les techniciens, les partenaires financiers, les diffuseurs, et les autorités en charge du cinéma). Chacune des séances tourne autour d’une thématique du Cinéma, le but étant de faire avancer la réflexion sur ce sujet et de contribuer à l’amélioration qualitative de la politique culturelle dans le domaine du Cinéma. A cet effet des communications sont présentées par des spécialistes de la thématique choisie.
Quelques unes des thématiques sont connues :
THEME 1 :
IMPORTANCE ET RETOMBEES D’UN FESTIVAL DE CINEMA POUR UNE COMMUNE : CAS DE REBI@P  POUR LA MAIRIE DE PARAKOU PAR FRANÇOIS SOUROU OKIOH/D/CINE
THEME 2 :
 ART CULTURE ET POLITIQUE, QUELLES RELATIONS NOUVELLES POUR UNE VRAI DYNAMIQUE DE DEVELOPPEMENT DU BENIN  PAR BOB YAHOVI/SAMUEL DE ISMA avec pour sous thème
LES LIMITES DES ACTEURS CULTURELS FACE à LEUR IMPLICATION DANS LA VIE POLITIQUE par JULIEN ATCHADE/ Désiré EYAMEOGO.

 Thème 3 :
 «REGARD SUR LES THEMATIQUES ABORDEES PAR LES FILMS BENINOIS : FORCES ET FAIBLESSES» SOUS-THEMES A DEVELOPPER 
 -HISTORIQUE DU CINEMA BENINOIS PERIODES CLES.
-TYPOLOGIES DES FILMS BENINOIS (IMPACT DES FILMS BENINOIS SUR LA POPULATION). PAR D/FAPA

Parlant de distinctions quel sont les prix en jeu?
A l’occasion d’une soirée de gala, le festival REBIAP distinguera les films et leurs auteurs en vue de les encourager d’une part et de renforcer leur reconnaissance. Elle se déroule, à la dernière soirée de l’édition dont elle marque d’ailleurs la fin.  Au cours de la cérémonie, sept (07) prix au total sont décernés. Il s’agit de :
ü Prix de la meilleure Réalisation ;
ü Prix de la meilleure Image ;
ü Prix du meilleur Son ;
ü Prix du meilleur Montage ;
ü Prix du meilleur Acteur ;
ü Prix de la meilleure photo.
ü Prix du meilleur film du Public.



Cette édition rend également des hommages aux acteurs du cinéma africain. Qui sont les heureux nominés ?

Cette activité qui se concrétise par une séance de dépôt de gerbe en hommage à des figures du cinéma Africain, s’inscrit dans l’atteinte de l’objectif du festival. Elle a aussi pour vocation de créer chez les professionnels du Cinéma un sentiment de reconnaissance et une envie de mériter par leur travail, une place dans la mémoire des hommes. D’un autre côté, il est question de tourner le regard des populations en général sur les artistes honorés, leur vie et leur parcours. Ainsi, la cérémonie de dépôt de gerbe qui a lieu en 15 minutes de temps, en présence des autorités politico administratives, de la presse locale et internationale des populations et des professionnels du cinéma, est prolongée, à travers chacune des autres activités, par la présentation  des disparus et de quelques unes de leurs œuvres. Par ailleurs, l’édition du REBIAP sera sous titré au nom de cette figure en question. Ainsi nous avons « REBIAP 2016- Edition Clément DOGNON ». Cette appellation apparaîtra dans toutes nos publications et sur nos supports de communication.




dimanche 9 octobre 2016

Rencontre des Belles images africaines à Parakou (Rebi@p) 2016


Un  hommage particulier sera rendu au journaliste Béninois Clément Dognon

Dans le cadre de la cinquième édition de Rebi@p, qui se tiendra du 21 au 27 Novembre prochain, le promoteur du Festival Eric Nougloï rend un hommage particulier au journaliste Clément Dognon.



Le journaliste Clément, ex-correspondant Borgou-Alibori du quotidien le Matinal


Baptisée « édition Clément Dognon », la Rencontre des belles images africaines à Parakou (Rebi@p) 2016 selon le promoteur, Eric Nougloï est aussi un festival du Défunt. Il a poursuivi en précisant qu’il est un ami, un sympathisant journaliste culturel  qui restait toujours à leurs côtés pour présenter à chaque édition le Festival Rebi@p à l’occasion du lancement et de la clôture.
« Le chef Bureau régional Borgou-Alibori du groupe de presse « Le Matinal », Clément DOGNON, a été victime d’une fusillade dans la nuit 08 au 09 décembre 2015. Transporté d’urgence dans une clinique où il a reçu les premiers soins, puis au Centre hospitalier départemental universitaire (Chd-U) de Parakou, il décède en l’absence du médecin de garde ». C’est en ces termes, qu’il a rappelé les conditions de son décès.


dimanche 7 août 2016


5ème édition du festival International de cinéma ReBI@P 2016

Les inscriptions de films se poursuivent jusqu’au 22 août prochain